Cursus

Le 1er cycle

La 1ère année est conçue comme une année d’orientation commune aux filières Art et Design et a pour objectif de donner aux étudiants l’ouverture la plus vaste possible sur le domaine de la création et les bases
d’une formation culturelle solide et autonome.

Une structuration par projets (sessions, workshops) est privilégiée qui, selon un principe d’immersion, en rupture avec les méthodes des études secondaires, amène très vite l’étudiant vers des problématiques et le prépare à la pédagogie des deux années de diplôme.

L’année 1 est généraliste et conduit à explorer tous les médias : vidéo et cinéma, performance, peinture, dessin, photographie, sculpture, objets, installations, pratiques sonores, pratiques numériques, écriture, édition, ainsi que les design(s) d’objet et d’espace, le graphisme, le web design.

Pratique et théorique, cette année est un temps d’immersion dans le monde de l’Art et du Design, notamment en lien avec la scène locale, ses acteurs et les lieux de production et de diffusion, notamment les musées, Fonds Régional d’Art Contemporain, centres d’art, festivals. Cette ouverture sur un champ très vaste de pratiques ouvre la curiosité sur ce qu’est un artiste et le travail d’un artiste. Un voyage d’études est organisé en début d’année, en lien avec l’actualité culturelle (biennales, expositions) ou en lien avec le programme pédagogique spécifique de l’année. 

Le choix de l’orientation Art ou Design s’effectue dès la rentrée en année 2. Les enseignements sont pensés et organisés pour favoriser une multiplicité de parcours et trajectoires qui répondent au plus près des démarches et problématiques individuelles avec un tronc commun et des parcours spécifiques aux options Art et Design. L’une des spécificités de la formation à l’EBABX est la place déterminante qu’elle accorde aux Ateliers de Recherche et de Création (ARC) au sein desquels les étudiants en 1er cycle travaillent de manière hebdomadaire entre les semestres 3 et 6. C’est l’ARC qui accompagne les étudiants au DNAP.

Les ateliers associent toujours plusieurs enseignants, artistes, théoriciens ou critiques dans la création et la conduite du projet, en écho à la polyactivité qui caractérise les pratiques artistiques contemporaines, que tous les ateliers interrogent suivant différentes modalités ou axes de travail. L’étudiant trouve dans les ARCs un cadre pour l’élaboration conceptuelle de ses projets, pour le suivi de leur production en lien avec les enseignements plus techniques des différents studios semestriels qui se tiennent dans les pôles de production de l’école (menuiserie, sculpture, céramique, imprimerie, photographie, numérique, son et vidéo).
L’ARC est aussi le lieu de la mise en exposition des projets (à travers des exercices d’accrochages) et de leur argumentation à l’écrit, ou à l’oral sous la forme de situations collectives ou de rendez-vous individuels avec les enseignants ou les intervenants invités (artistes, designers, commissaires d’expositions, directeurs d’institutions, de galeries, théoriciens, chercheurs, éditeurs). Les acquisitions progressives de compétences amènent les étudiants à produire des formes, mais aussi à circonscrire et nommer leur champ de travail, là où se concentrent leurs intérêts singuliers et ceci passe par l’accumulation d’un certain nombre d’expérimentations. C’est aussi le moment où l’étudiant est confronté au milieu professionnel par le biais du stage.

Un tutorat composé au 2/3 d’enseignants extérieurs à l’ARC qui suit les étudiants durant les deux années et les évalue lors des bilans semestriels vient compléter le dispositif.

Au nombre de 4 en Art et 1 en Design, les ARCS contribuent fortement à l’identité de l’offre de formation du 1er cycle en proposant des champs de pratiques et de recherches clairement identifiés comme appartenant à l’ADN de l’école — pratiques hybrides et média numériques ; vidéo, performance et installation ; pratiques de l’image photographique et de l’édition, pratiques de l’image peinte et du volume, - design d’objet et design graphique. Les expertises professionnelles des artistes, designers et théoriciens impliqués garantissent l’ancrage dans l’actualité de la création artistique contemporaine tout en accompagnant l’étudiant dans la construction d’une pensée critique, un accompagnement dans la durée qui est pour beaucoup dans la culture du collectif très présente à l’école.

Cette identité se retrouve dans l’offre théorique proposée à l’ensemble des étudiants en 1er cycle où l’accent est mis sur des approches et des méthodologies singulières portées par des historiens et théoriciens sur des savoirs constitués plutôt que sur des programmes d’enseignements purement disciplinaires. L’histoire et la théorie de l’art y sont ainsi abordées au travers de différents prismes, qu’il s’agisse du cinéma, de la philosophie du langage — deux domaines fortement ancrés dans l’histoire de l’école — ou plus récemment de l’anthropologie. La culture du design et l’histoire du graphisme sont inscrits dans le programme de l’option design.

Les cours de langues étrangères Anglais ou Espagnol sont directement appliqués au champ artistique pour développer une capacité de communication (conversation, exposé, présentation du travail). En 3e année, considérée comme un véritable outil professionnel, la langue étrangère sert à réaliser un cv, un dossier pour les stages, la mobilité, le dossier
pour l’entrée en années master. Les enseignements théoriques sont étroitement liés à l’enseignement des langues pour la lecture de textes non traduits.

Un module de Conception créative : technologie, numérique et média, tronc commun obligatoire pour les étudiants de 2e et 3e année et des sessions plus spécialisées en 3e année répond à des acquisitions de culture, de bons usages et de méthodologies (socle de connaissances) nécessaires aux différentes étapes de la conduite d’un projet de l’étudiant jusqu’à son entrée en production, faisant écho aux savoir-faire et pratiques mises enoeuvre au sein des différents ateliers techniques de l’école, ceci en vue d’acquisition de compétences transversales (interopérabilité, workflow, processus de création). Les techniques web et internet permettent aux étudiants de se publier.

Le premier cycle vise à permettre aux étudiants de distinguer les contextes où ils pourront se réaliser personnellement à l’issue de leurs études. Ce sont donc des années de construction et de discernement : préparer le parcours futur, qu’il se poursuive dans le cadre d’un master, à l’EBABX ou dans une autre école d’art en France ou à l’étranger, dans une université, ou dans une formation spécialisée, en lien ou non avec lechamp artistique.
Certains choisissent aussi de se tourner vers la vie professionnelle, ou de faire une année de césure dans leurs études, souvent pour voyager et découvrir d’autres manières de penser, de travailler, d’autres milieux professionnels, etc.


Le 2e cycle

La formation en DNSEP Master à l’EBABX offre aux étudiants un cadre de travail et de pensée pour qu’ils puissent définir non seulement une pratique mais aussi véritablement une position d’artiste, de designer ou de producteur culturel dans les contextes professionnels contemporains. Elle privilégie chez l’étudiant l’invention d’une autonomie de travail et de pensée, où l’ambition dans la qualité des réalisations formelles est indissociable d’une prise en compte réfléchie et déterminée d’une économie de production et des choix et stratégies de manifestation publique de son travail.

Le 2e cycle met ainsi au premier plan des études l’analyse et la compréhension des conditions économiques, politiques et idéologiques dans lesquelles les artistes, designers et chercheurs travaillent aujourd’hui.
Les étudiants en Art et en Design sont invités à analyser très spécifiquement les ruptures sociétales, technologiques et environnementales du monde actuel, qui les obligent à réinterroger leur rôle, leur responsabilité, leur pratique.
Les étudiants ont la possibilité de conduire des expérimentations concrètes qui visent à repenser ce que l’on entend habituellement par les notions de « production », « d’oeuvre », de « publication », « d’exposition », de « diffusion », de « public » dans les champs artistiques et culturels, ainsi que les représentations du travail, de l’économie, ou de la politique.

La plateforme Master accueille des dispositifs pédagogiques qui articulent des projets orientés production, l’initiation à la recherche (les séminaires, les projets de recherche, le mémoire) et une contextualisation du travail (outils pré-professionnels, stage, accrochages et présentations du travail avec des professionnels invités). Elle favorise de nombreuses situations de monstration dans et hors école ainsi que des formats d’accompagnement et d’échanges variés avec le collège enseignant identifié par des personnalités et des compétences particulières auprès desquels l’étudiant va chercher conseil et dont il va faire des interlocuteurs privilégiés (ARC) jusqu’à son diplôme. Ce principe de plateforme fait du master un espace-temps de socialisation et met l’étudiant au centre du dispositif Master.

Un dispositif pédagogique de professionnalisation intègre l’acquisition d’outils préprofessionnels (connaissances juridiques, ingénierie de projet, repères concernant les réalités et l’organisation du monde artistique....), ainsi que le stage et des sessions semestrielles.
En années 4 et 5, un module d’information et de sensibilisation pratique sur le contextestatutaire et socio-professionnel dans le champ de l’art et du design est organisé sur des journées et demi-journées. Il est obligatoire et évalué dans le cadre des ARCs. Il est animé par une équipe d’acteurs culturels impliqués au niveau local et national. Il alterne sessions plénières et ateliers pratiques. 
Les axes prioritaires abordés sont :
. le statut fiscal et social de l’artiste auteur,
. les droits d’auteur et rémunération des artistes,
. les types de contrats,
. la connaissance des statuts socioprofessionnels, des modalités de création d’une microentreprise, d’une association,
. répondre à un marché public,
. écrire, chiffrer et budgétiser son projet,
. communiquer sur son projet,
. connaître le fonctionnement des systèmes d’aide à la création publics et privés, répondre au 1% artistique, s’informer sur les résidences en France et à l’étranger ; les demandes d’admission en post-diplômes en France et à l’étranger,
. politiques publiques dans les arts visuels.

La nomenclature pédagogique


- L'ARC et le projet
- Le Studio
- L'Aide à la production
- Les cours théoriques
- Les séminaires
- L'initiation à la recherche
- Le mémoire

- Les langues étrangères
- Les projets à l'extérieur
- Les workshops

- Le module numérique

+

rosab

Rosa B

Webmagazine dédié à la recherche et à la réflexion.

Le Café Pompier