L'Unité de recherche "Edition / Ecritures contemporaines"

Elle met l’accent sur l’acte de publier, en défendant l’idée que publier n’est pas simplement produire des formes éditoriales. Il s’agit surtout de créer un public, voire contre-public. L’édition à l’EBABX est liée à la situation particulière de l’école, marquée d’une part par le fait que les écritures éditoriales y sont intégrées à un projet pédagogique en art et en design, et d’autre part, par la manière dont les Parcours, les Plateformes et les séminaires de recherche lient les questions du livre, du son et du cinéma aux modes de production et de réflexion des étudiants.
À partir de cette situation, l’EBABX envisage, de manière interdisciplinaire, la diversité des pratiques qui, investies par les « auteurs » que sont les designers graphiques, les écrivains, les musiciens, les cinéastes, les artistes, peuvent prendre valeur de prises de position, tout en donnant lieu, bien sûr, à des objets d’édition et de diffusion. L’importance de l’édition pour les étudiant.e.s en art, n’a pas seulement à voir avec les qualités formelles et objectives d’une publication, mais également avec les possibilités qu’ouvre l’acte de publier en tant que tel. Les enjeux des pratiques d’édition, de création, de mise en forme, de diffusion, de lecture, s’envisagent au-delà de questions de rôles, de savoir-faire ou de compétences. Ce qui est en jeu est d’être attentif aux modes de fonctionnement, aux échanges et aux agencements dont dépendent les objets éditoriaux, pas seulement à leurs sens ou aux intentions de leurs producteurs.

De plus, si la partie enseignement à l’édition trouve ses marques dans une alliance entre le design et l’art, elle se fonde aussi sur la formation et l’apprentissage technique à
la réalisation, livrant à chacun des étudiants inscrits dans son option des solutions autonomes et singulièrement identifiées.
Pour les réalisations, l’école dispose d’un atelier d’impression numérique, d’un atelier maquette, d’une imprimerie offset et de sérigraphie, d’un studio son, d’un studio photo et d’un studio vidéo. Des partenariats institutionnels et privés ouvrent l’Unité Edition sur des outils, des lieux de diffusion publique,
des réseaux professionnels pour des expérimentations de création multiples.


GRANDES CONFÉRENCES
Après la Saison Hocquard en 2017-2018, l’EBABX Ecole supérieure des Beaux-Arts de Bordeaux propose pour l’année 2018-19, un programme de grandes conférences, conduites par l’Unité de Recherche Édition et ouvertes au public, notamment par l’invitation d’auteures, poétesses, performeuses, parmi lesquelles des afro-américaines et dont les enjeux traversent les questions de pouvoir, d’abus, de genre et du corps.
Ce programme donnera à entendre des lectures et des interventions d’auteures dont le travail aborde ces questions en explorant,  sous des angles variés, le lien 
entre la vocalisation et l’espace de la page. Que ce soit dans le champ de l’expérimentation et de l’improvisation, dans le travail sur la circulation des langues aux registres, époques et connotations variés, ou bien encore dans l’entremêlement des sphères intimes du langage et des usages collectifs qui les surcodent, la dimension militante, sociale et politique, sera au cœur de cette série d’invitations qui s’articulera autour de l’engagement performatif et de la traduction. 


. TRACIE MORRIS
Lecture performance le 18 octobre 2018, Hall Vitez du Tnba à Bordeaux conduite par l'Unité de recherche Édition de l'école. 
Tracie Morris est poète, écrivaine, performeuse, chanteuse, critique, professeur et artiste multimédia.  Ses performances mêlent expérimentations vocales et improvisations, scat, rythmes bebop et hiphop. Elle vient d’effectuer une prestation remarquée dans le festival EXTRA au Centre Pompidou.Son livre Hard Korè, poèmes / Per-Form: Poems of Mythos and Place a été récemment traduit par Vincent Broqua et Abigail Lang (Joca Seria, décembre 2017) ouvre ce programme qui se poursuivra durant toute la saison 2018-2019.

. CAROLINE BERGVALL 
Lecture à quatre voix, le 15 novembre 2018, à Studio Ausone, 8 rue de la vieille Tour, Bordeaux, dans le cadre du Festival Ritournelles à Bordeaux. 
Cette Lecture à quatre voix fera entendre le premier ouvrage de Caroline Bergvall traduit en français : L’anglais mélé (2018, Les Presses du réel) par l’auteur et ses trois traducteurs : Vincent Broqua, Abigail Lang et Anne Portugal. Artiste, écrivaine et performeuse, Caroline Bergvall travaille au croisement des disciplines artistiques, des médias et des langues. Son œuvre se noue autour de la question de la matière et de sa manipulation comme prise de conscience du monde. Promouvant l’entremêlement des langues et le bricolage queer, elle a inventé un usage politique du bilinguisme qui contribue à renouveler la poésie-performance contemporaine.

. DAWN LUNDY MARTIN sera la 3ème invitée de ce programme en janvier.
Par ailleurs, Frédéric Forte, après sa performance avec Greg Saulnier en juin dernier, revient dans le cadre du Festival Ritournelles le 08 novembre avec la musicienne Valérie Philippin.